Petites Fics sur les Membres du Forum


Laissez aller votre imagination et faites-nous part de vos histoires, poèmes...

Modérateurs: Phantom_Blue, Co Admin, Bigs Moderaiders

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Phantom_Blue » 11 Mai 2011, 08:59


MARIE disposa les deux tasses en porcelaine, décorées de petites fleurs, l'une en face de l'autre, sur la table basse. S'assura qu'elles étaient bien centrées sur leurs soucoupes à bords dorés. Plaça à côté un présentoir à trois plateaux garnis de petits fours, macarons, pâtes de fruits et marsipans. Déposa sur les deux assiettes une rose rouge. Vérifia le pliage des serviettes en satin.
La pièce dégageait une ambiance zen avec ses murs blancs et ses panneaux en bois. Des lampes en papier diffusaient une lumière douce.
— Parfait, dit-elle, un sourire sur les lèvres. Il va être charmé.

Puis elle gagna la salle de bain et se plongea jusqu'au cou dans un bain moussant aux huiles végétales. Pour relaxer son corps en imprégnant sa peau satinée de parfums tropicaux.
Des images de bonheur défilaient devant ses yeux fermés. Elle se voyait dans ses bras, bercée par son amour, écoutant sa voix lui dire les mots qu'une femme aime entendre. Ces mots qui transportent au septième ciel :
— Marie, je t'aime… je suis né pour te rendre heureuse… plus jamais tu ne seras seule… ordonne et j'obéirai…
Devant une garde-robe imposante, le choix des vêtements fut ardu mais vite résolu. Une petite culotte taille 36 avec des élastiques brodés. Un soutif assorti modèle wonderbra mettant en valeur deux seins pulpeux du plus bel arrondi. Une mini robe moulante décolletée style années 60 aux couleurs pop art.
Et des bottes à talons aiguilles. La touche guerrière.
Marie s'admira dans la glace, tournoya sur elle-même, apprécia sa chute de reins, trouva ses jambes admirables.
— Si là il ne craque pas…
La séance de maquillage dura près d'une heure.
Ses cheveux blonds brillaient dans la glace.
— Et dire que je me suis teinte pour lui, souffla-t-elle. Il paraît que les hommes et les dieux préfèrent les blondes. Et je veux mettre tous les atouts de mon coté… Alors voyons, un fond de teint "Aubade Câline"… un mascara "Zoeils Deux Velours"… un rouge à lèvres "Burn Kiss"…

C'était lui, monté sur un dragon jaune, qui descendait du ciel.
Les deux grandes ailes dégagèrent un nuage de poussière.
Et le grand Thorgol posa pieds à terre.
Le dieu de Shanala, le jeu vidéo heroic fantasy en ligne, avec ses 2045 niveaux.
Marie venait d'atteindre le dernier après trois années de combats intenses, des heures passées devant l'écran du pc, les yeux clignant de fatigue, les doigts tétanisés sur les souris usées par les clics, parfois le soutif compressé sur le clavier, ronflant aux limites du coma.
Il lui lança un regard rapide et envoya d'une voix forte :
— Salut femme, j'ai coursé depuis les royaumes de la Lune Noire où l'on guerroie encore en ce moment. En chemin j'ai occis quelques canailles.
Il s'empara d'un grand sac à la toile rugueuse, attaché sur un flanc du dragon, et le jeta devant elle.
— Tu laveras mes pourpoints et mes chausses-burnes pissailleux. J'ai eu quelques diarrhées sur les champs de batailles.
Il entra dans la pièce dans une grande enjambée d'armure. Ses narines poilues frémirent.
— Quelle est cette odeur infecte ? Chercherais-tu à m'empoisonner l'odorat ? Comment veux-tu que je flaire l'ennemi après ? Aérons ce lieu de croupissage !
Il pointa ses doigts tendus vers la fenêtre, qui vola en éclat sous l'effet d'un rayon. Puis il loucha la table basse.
— Et qu'est-ce donc que cette dînette pour jouvencelles ?
Il dégagea les tasses, les assiettes et le présentoir d'un revers de la main. Les deux roses valdinguèrent sur le sol, les pétales rouges éparpillées au milieu des petits fours et des pâtes de fruits.
— Apporte-moi un tonnelet de bière, la soif me persécute la langue ! Et fais-moi cuire un sanglier, la faim noue mes entrailles ! Et tu me nettoieras ces peintures grotesques sur ton visage, nous ne sommes pas au cirque. Mais viens d'abord me déchausser et masse-moi les pieds !
Il lui tendit une petite dague à la lame effilée.
— Tu perceras mes furoncles, j'en ai des bien remplis, avec le jus tu feras un breuvage que tu boiras, c'est un aphrodisiaque, à te voir tu fais partie des gourgandines qui ont besoin d'un bon coup de fouet dans le fessier !

Marie prit la dague et l'enfonça d'un geste vif et précis dans le cou de Thorgol. Puis elle fit remonter la lame et la tourna lentement, un sourire sadique sur ses lèvres "Burn Kiss".
Les yeux du dieu de Shanala se révulsèrent. Sa langue éructa hors de la bouche dans un bleuissement violacé. Les veines de son visage se dilatèrent.
Et il disparut dans un grésillement de particules lumineuses désordonnées.
— Nan mais, qu'elle crachota en brandissant la dague, c'est quoi, ce délire ? 2045 niveaux pour ça ? Vont m'entendre en ligne !
Phantom_Blue

Avatar de l’utilisateur

Moderaider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Homme

Messages : 724
Inscription : 02 Déc 2004, 21:35
Localisation : Strasbourg
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 0

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Babou » 11 Mai 2011, 21:46


Elle se voyait dans ses bras, bercée par son amour, écoutant sa voix lui dire les mots qu'une femme aime entendre.
Je te parlerai avec des mots qui n’existent pas. :15:

Une petite culotte taille 36 avec des élastiques brodés.
On dirait le début d’une phrase fétiche… :19:

Et des bottes à talons aiguilles. La touche guerrière.
Ou l’arme, des fois les talons aiguilles peuvent transpercer, clouer une main hasardeuse. :twisted:

Alors voyons, un fond de teint "Aubade Câline"… un mascara "Zoeils Deux Velours"… un rouge à lèvres "Burn Kiss"…
D’où vient cette imagination burnesque ? :13:

J'ai eu quelques diarrhées sur les champs de batailles.
Vraiment très élégant ! :02:
La parole se fait spontanément rythme dès que l'homme est ému, rendu à lui-même, à son authenticité. Oui, la parole se fait poème. (Léopold Ségar Senghor)
Babou

Avatar de l’utilisateur

Lieutenant Adjoint
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Femme

Messages : 8965
Inscription : 08 Déc 2004, 16:43
Localisation : Sens
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 7

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Ketz » 12 Mai 2011, 13:21


Phantom a écrit:J'ai eu quelques diarrhées sur les champs de batailles.



Tu vois, toi aussi tu fais dans le gore :biggrin:
Image
Ketz

Avatar de l’utilisateur

Raider Débutant
 
8 années en tant que membre8 années en tant que membre8 années en tant que membre8 années en tant que membre8 années en tant que membre8 années en tant que membre8 années en tant que membre8 années en tant que membre
 
Homme

Age : 33 ans
Messages : 39
Inscription : 17 Avr 2011, 10:44
Localisation : Marseille
Jeu TR favori : Tomb Raider 1

Records Arcade : 0

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Phantom_Blue » 12 Mai 2011, 17:54


Mais non, c'est pas gore, c'est médical. :D
Phantom_Blue

Avatar de l’utilisateur

Moderaider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Homme

Messages : 724
Inscription : 02 Déc 2004, 21:35
Localisation : Strasbourg
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 0

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Phantom_Blue » 15 Mai 2011, 08:47


Symsi referma le casier, le livre de maths plaqué sur sa poitrine. Les yeux rêveurs. Elle regarda Jonathan passer dans le couloir. Le capitaine de l'équipe de foot. Trop beau dans son tee-shirt et son jean moulant. Elle loucha sur ses fesses.
— Alors on mate les garçons ?
Symsi sursauta et se retourna, pas contente d'avoir été surprise dans une activité illégale quand elle est découverte.
C'était Annette, sa meilleure copine, avec son look de première de la classe, les lunettes trop grandes, les cheveux fixés pêle-mêle par une barrette rose en forme de papillon kitsch.
Symsi l'aurait bien critiquée, mais elle n'était pas mieux, avec son jean flottant et son grand pull modèle femme enceinte. Par contre, elle arborait des lunettes plus discrètes.
— Il est pas pour toi, souffla Annette, on fait partie du club des ringardes. Il faudrait un miracle comme dans les contes de fées. Une bonne marraine avec une baguette magique.
— Ou la baguette seule. Ça doit se trouver. Dans "Metal Girl", Lolita Blue découvre une petite boutique dans une ruelle obscure de la ville, tenue par un vieux Chinois, et il lui donne la baguette de la fée Morgane, mais bon, elle doit en échange s'abstenir de manger n'importe quelle friandise, sinon les conséquences peuvent être terribles. Mais ça vaut bien un petit sacrifice quand on a des super pouvoirs et qu'on sauve le monde plusieurs fois, non ?
— Tu lis trop de mangas, ma vieille, répliqua Annette en dégainant une barre de chocolat Milky Way. Perso, je préfère encore savourer un bon choco. Déjà que ma vie plafonne au sous-sol, alors si je dois encore me priver des petites douceurs de l'existence…
Elle mordit dedans à pleines dents.

Monsieur Lambert, le prof de science, dans son costume en velours brun cottelé, avec des ronds en cuir aux coudes, toisa la classe du regard de Terminator prêt à rafaler avec son gun, en brandissant une liasse de copies, et cracha :
— Vos devoirs sont lamentables, apparemment vous n'avez rien compris à la notion du mur de Planck, mais la palme d'or revient à mademoiselle Symsi.
Tous les yeux se tournèrent vers elle.
Symsi crut que l'univers entier venait de lui tomber sur la tête, avec ses milliards de galaxies dans une formidable explosion apocalyptique.
Le prof envoya d'une voix forte, qui résonna comme un tremblement de terre dans ses oreilles :
— Je vous lis ce que mademoiselle Symsi m'a écrit : "Le mur de Planck est une pure illusion de l'esprit, d'ailleurs c'est expliqué dans le tome 3 du manga "Metal Girl" où Lolita Blue, mon héroïne préférée, passe au travers pour découvrir une réalité insoupçonnée aux mondes infinis." Suit la description d'un combat avec les Mandrakans, une race qui aspire les planètes pour voler leur énergie.
Les rires déferlèrent comme des vagues tsunamiques. Symsi aurait voulut se raccrocher à une bouée, quelque chose qui flotte, mais l'océan s'étendait à perte de vue, et pas une seule île à l'horizon de son désespoir.
Le prof déposa la copie sur sa table.
— La vie n'est pas un manga, mademoiselle Symsi, et si vous continuez dans cette voie, vous risquez d'avoir de sérieuses surprises.
Il donna la liasse des autres copies à un étudiant pour qu'il les distribue, et fila au tableau expliquer une nouvelle fois le mur de Planck.
Le cours terminé, elle se dépêcha de rassembler ses affaires et fonça dans le couloir.
Annette la rattrapa dehors devant le lycée.
— Attends, lui cria-t-elle, ça va, c'est pas la fin du monde.
— Ouais, tu parles, répliqua Symsi, je crois que là c'était la totale, mais le plus dur, c'est Jonathan qui riait aussi.
— Mais qu'est-ce qui t'a pris d'écrire un truc pareil ?
— Je sais pas, je me suis laissée emporter, j'ai pas réalisé, le prof a peut-être raison, je suis trop pris dans les mangas. Ma vie devient super shadow.
— En tout cas, tout le monde a rigolé, tu vas finir par devenir populaire.
— Les clowns aussi font rigoler.
— Arrête, ne vois pas tout en noir.
— Je voudrais bien, mais dis-moi où se trouve le bouton pour allumer la lumière.
Elles marchèrent vers le grand parc. Une journée ensoleillée flashait sur Boston. Les tours des buildings se dressaient dans un miroitement de verres. Elles s'assirent sur un banc, sous les grands arbres pleins d'ombres et d'oiseaux.
— On va toujours au concert samedi soir ? demanda Annette.
— Affirmatif, répondit Symsi, je veux pas louper les "Kings of the Dead", leur dernier album est un big massacre, on avait pas fait de metal aussi trash depuis les "Blood Boys".
— Dis, toi qui es si fan, pourquoi tu te fringues pas dans ce style, ben comme Lady Dark ?
— Ça va pas la boule ? J'oserais jamais ! Surtout après mon exploit du mur de Planck. T'imagines ? Je me pointe au lycée le matin en mini cuir avec des bottes ? Lambert se taperait une crise cardiaque.
— Là tu deviendrais super populaire, envoya Annette, méga sûre et certaine.
Elles rigolèrent avec des larmes dans les zoeils, qu'il fallut enlever les lunettes pour les essuyer.

Symsi ouvrit les yeux. Elle était dans le bus, assise au fond. Il était vide et ne roulait plus. Et la nuit avait remplacé le jour. La lumière d'un lampadaire éclairait l'intérieur dans une ambiance presque spectrale.
— C'est pas vrai, qu'elle paniqua presque, en se levant d'un bond. Pourquoi Annette ne m'a pas réveillée ? On est où, là ? Au terminus ?
Elle regarda sa montre et s'affola :
— Minuit ! C'est pas possible !
Les portes du bus étaient ouvertes. Elle se retrouva sur un parking désert. Il y avait des bâtiments en briques et des sortes de hangars. Elle reconnut au loin les lumières de Boston. Enfin elle espérait que ce soit bien sa ville.
— Mais je suis où, là ? C'est quoi ce truc ? Y a quelqu'un ?
Elle était au comble d'un nouveau désespoir, se voyant déjà revenir à pieds en pleine nuit chez elle, quand elle vit une silhouette qui venait vers elle.
Dans la lumière des lampadaires, elle crut reconnaître…
— Non, se dit-elle, c'est pas possible, je rêve !
La fille continuait à marcher vers elle, dans une mini robe noire, le visage maquillé à l'égyptienne, avec des grands yeux magnétiques, les bottes claquant sur le macadam du parking.
Elle s'arrêta devant elle.
— Bonjour Symsi, je pense que tu m'as reconnue.
— Euh, bafouilla-t-elle, vous n'êtes pas… Lolita Blue… ?
— C'est moi, répondit l'héroïne dans un sourire amusé.
— Mais c'est pas… possible… je dois rêver… c'est ça, je rêve…
— Pas vraiment, en fait tu es dans l'interface de Boston, le côté inversé, je t'ai fait venir là, le temps de te passer la bague.
— La bague ? Quelle bague ?
— Pourtant tu suis toutes mes aventures avec passion. La bague qui me donne mes super pouvoirs. Celle-là !
Lolita Blue retira de son annulaire gauche une bague ornée d'un diamant bleu.
— Je te remets cette bague, comme la fille précédente me l'a remise, il y a trois ans. J'ai terminé ma mission, je n'en ai plus besoin, les super pouvoirs sont en moi définitivement. Maintenant c'est à ton tour de prendre la relève, pour trois ans.
— Hein ? Mais comment ça ? Je ne comprends pas.
— Tu es la suivante, la nouvelle héroïne.
Lolita Blue prit sa main gauche et lui passa la bague au doigt.
Symsi regarda le diamant bleu briller dans la lumière des lampadaires.
— C'est un rêve, qu'elle rigola, et je vais me réveiller. Oui, c'est ça.
Lolita Blue la fixa en souriant.
— Pour ce qui est de te réveiller, tu as raison. Pour le reste, tu le découvriras toi-même. La bague te donnera toutes les perfections. Et je te souhaite beaucoup de merveilles et de frissons, autant que j'en ai vécus.
Le parking commença à vibrer. Lolita Blue vibra aussi.

Et Symsi se réveilla dans le bus, qui roulait en plein jour sur la route bien connue vers sa banlieue. Elle était assise dans le fond, avec Annette.
— Quel rêve ! pensa-t-elle. C'était total ouf ! Je crois que je vais arrêter les mangas.
Machinalement ses yeux glissèrent vers sa main gauche.
Annette retira ses écouteurs, délaissant la voix éraillée de Karl Danzig, le chanteur des "Mortem Post".
— Bon sang, qu'elle s'étonna, ça va pas de sursauter comme ça ? J'ai cru que tu étais électrocutée.
— La bague, s'écria Symsi, puis plus bas, la bague, j'ai la bague, regarde !
— Ben oui, la bague, et alors ? C'est une bague !
— Mais j'ai jamais eu cette bague. J'en porte jamais, même quand je vais à des concerts. Tu l'as jamais vue avant, non ?
— Ben, tu sais, j'ai pas vraiment fait gaffe, je sais pas. Ma pauvre Symsi, je crois que Lambert a raison, faut arrêter les mangas.
Annette se leva.
— Y'a mon arrêt, je te laisse, à ce soir sur Skype, et décompresse, t'es trop stressée. Ça ira mieux samedi soir. Ah demain c'est ma mère qui m'emmène au lycée, je dois l'aider avant à porter des trucs à son bureau.
Symsi la regarda s'éloigner et sortir. Annette lui fit un signe de la main avec un sourire sur le bord de la route.
Et le bus redémarra.

Le lendemain, Kevin arriva en courant dans le couloir et envoya excité à Jonathan, qui cherchait des livres dans son casier.
— Mon vieux, si elle sort pas avec moi, je me flingue ! Je te jure, je le ferai !
Jonathan le fixa avec des yeux rieurs.
— Qu'est-ce qui se passe ? T'as de nouveau rencontré ton grand amour ? Tu le rencontres dix fois par mois ! C'est qui, cette fois-ci ?
— Symsi !
Jonathan éclata de rire.
— Symsi ? Symsi Pherson ? La petite ringarde qui traverse le mur de Planck ?
Les mots s'étranglèrent dans la gorge de Kevin. Il fit oui avec la tête.
— T'as pris quoi ce matin ? Tu sais que la drogue c'est de la merde ! Ça bousille les neurones !
Campée devant l'entrée du lycée, Annette écarquilla les yeux derrière ses lunettes et ouvrit une bouche au sommet de la stupéfaction.
Un groupe d'étudiants arrêta de discuter et tous les regards se tournèrent vers la fille qui arrivait dans une démarche décontractée.
Eblouissante. Merveilleuse. Irréelle.
Dans une mini robe noire joliment décolletée. Les yeux soulignés de khol. Cheveux au vent. Les bottes fendant l'air dans un rythme féminin hypnotique.
— Symsi ? bafouilla presque Annette. C'est toi ?
— Oui, répondit-elle, souriante, mais tu peux m'appeler Mika maintenant.
Phantom_Blue

Avatar de l’utilisateur

Moderaider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Homme

Messages : 724
Inscription : 02 Déc 2004, 21:35
Localisation : Strasbourg
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 0

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Babou » 18 Mai 2011, 19:44


N’ayant pas toutes les cartes en main, je ne comprenais pas trop l’histoire.
C’est une jolie déclinaison entre le rêve et la réalité, ou bien entre deux rêves ou deux réalités, bref, le passage entre Symsi et Mika.

Je ne sais pas si Annette est première de la classe, mais les premières et premiers de la classe ont souvent des looks de bigleux, repérable, le physique, noté 5 sur 20, l’accompagnant. Des fois c’est le nom de famille qui massacre la personne. Au lycée classique d’Abidjan, je me souviens d’un mec qui s’appelait LAMOUR, il était laid comme un pou.

Lambert n’a pas d’humour, j’aurais mis la moyenne, rien que pour l’originalité et la dérive sur l’explication du mur de Planck. D’autant plus que le domaine choisi n’est pas des plus simples ! Alors pas de quoi se plancker face aux rires moqueurs. :p

Quand vous retournez un sablier (pour cuire un œuf à la coque) le temps écoulé sera de trois minutes. Mais si vous le posez à l’horizontal, il se passe quoi ? :02:

Bon sang, qu'elle s'étonna, ça va pas de sursauter comme ça ? J'ai cru que tu étais électrocutée.
:D :D Pire que l’ambiance « Soucousse », clin d’œil à Yannick Noah.
La parole se fait spontanément rythme dès que l'homme est ému, rendu à lui-même, à son authenticité. Oui, la parole se fait poème. (Léopold Ségar Senghor)
Babou

Avatar de l’utilisateur

Lieutenant Adjoint
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Femme

Messages : 8965
Inscription : 08 Déc 2004, 16:43
Localisation : Sens
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 7

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Phantom_Blue » 06 Juil 2011, 10:30


MARINE s’efforçait de jouer comme sur la partition. Assise sur le tabouret dans sa robe en dentelles blanches. Ses doigts enfonçaient les touches blanches du clavier. Elle s’appliquait mais les notes du clavecin s’emmêlaient pour former une mélodie désordonnée.
— Je n’y arrive pas, soupira-t-elle, c’est trop difficile.
— Voyons mademoiselle, répliqua le professeur, debout dans son costume en satin bleu. Mi bémol, ré, ré… mi bémol, ré, ré… mi bémol, ré, ré, et ré à l’octave… c’est une version simplifiée par mes soins de la symphonie numéro 40 de Mozart, cette musique vous ravissait tant.
— Oui, je sais, mais je crois que plus c’est beau, et plus c’est difficile.
Elle regarda le professeur, des mèches de cheveux en tire-bouchons tombant sur ses joues de porcelaine.
— Il est vrai que la beauté des choses de ce monde repose sur de grandes difficultés, et souvent il faut insister et bien s’appliquer avec volonté et patience pour les rendre avec art. Vous avez là deux croches, une noire, deux croches, une noire, sur quatre temps, dans ce cas oubliez un peu la mesure et laissez la musique vous emporter. Parfois il faut un peu mettre les règles de côté et n’écouter que son cœur.
Marine reprit la première mesure, essuya un nouvel échec, soupira encore plus fort et retira ses mains du clavier.
— Je crois que ça suffit pour aujourd’hui, dit le professeur, venez, nous allons nous promener dans le parc.
Les oiseaux gazouillaient dans les grands feuillages. L’eau d’une fontaine caracolait en petites cascades. Le chemin serpentait à travers les pelouses chargées de fleurs. Parfois une statue émergeait de la végétation, silhouettes de marbre ou de bronze figées dans une attente éternelle.
C’est Marine qui rompit le silence de cette belle après-midi de juin.
— Vous croyez qu’il existe des habitants sur la lune ? Monsieur le curé dit que ce sont des fariboles.
— Mais bien sûr qu’il existe des personnes qui vivent là-haut dans les astres, et qui sont bien plus avancées que nous, et qu’elles se déplacent dans des véhicules qui volent dans les airs et vont plus vite que nos diligences.
Marine resta un instant songeuse puis demanda :
— Mais alors pourquoi le roi n’a-t-il pas aussi un tel véhicule puisque c’est le roi ?
— Il faudrait d’abord qu’il en invente un, comme c’est le roi il peut le faire, il en a l’intelligence suffisante, mais il est bien trop occupé à étudier le fonctionnement des serrures, m’a-t-on dit.
— Et vous, professeur ?
— Vous savez, le monde n’est pas encore prêt pour de telles machines, nous avons encore bien des choses à faire avant de voler dans le ciel comme les oiseaux, et puis un jour vous prendrez le bateau pour aller de l’autre côté de l’océan voir les Amériques.
— Pourquoi faire ?
— Vous découvrirez d’autres pays, vous explorerez des temples enfouis dans les jungles, et vous trouverez des trésors.
— Et il y aura des bandits ?
— Bien sûr, mais vous aurez deux pistolets, et ils n’oseront pas se frotter à vous ou gare à eux.
Marine esquissa un petit rire.
— Ce serait extraordinaire, c’est vrai, je me vois bien traverser les océans, explorer des temples et tirer aux pistolets, mais je suis aussi bien ici dans le royaume de France.
— Vous savez, bientôt ce monde changera, nous avançons inexorablement vers le futur, ce qui était encore aujourd’hui ne le sera plus demain. Les textes des Philosophes courent dans les rues de Paris au détriment de la volonté du roi. De nouvelles idées émergent, vous avez feuilleté l’Encyclopédie, le savoir nous devance toujours de plusieurs longueurs et prépare les nouveaux horizons de l’homme.
Marine se pencha pour respirer le parfum d’une rose. Après un sourire ravi, elle regarda le professeur et s'exclama :
— Alors va pour les Amériques mais je veux aussi un fusil, et puis un sac pour mettre mes trésors, et aussi une longue natte, j’ai horreur d’être coiffée comme ça, je ne suis pas une poupée mais une aventurière !
Le professeur Blue Balsamo la gratifia d’un grand sourire.
Phantom_Blue

Avatar de l’utilisateur

Moderaider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Homme

Messages : 724
Inscription : 02 Déc 2004, 21:35
Localisation : Strasbourg
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 0

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Papofyse » 06 Juil 2011, 11:41


Marine Croft ^^ trop de la balle
Le bal de laze, Good Bye Marylou, les sucettes à l'anis, Born to be a life, j'aurai voulu, j'ai tout oublié, Je ne veux qu'elle ...
Papofyse

Avatar de l’utilisateur

Raider Persévérant
 
14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre
 
Homme

Age : 59 ans
Messages : 187
Inscription : 10 Nov 2005, 08:04
Localisation : Céret 66400
Jeu TR favori : Tomb Raider 1

Records Arcade : 0

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Babou » 06 Juil 2011, 23:04


Phantom_Blue a écrit:Le professeur Blue Balsamo la gratifia d’un grand sourire.

Balsamo, ça vient de balsamique ? :02:

Les grands esprits se rencontrent, j’ai dû connaître le professeur Balsamo dans une autre vie, et si Marine prend la peine d’aller lire ses MP, elle aura le mot de la fin. :19:
La parole se fait spontanément rythme dès que l'homme est ému, rendu à lui-même, à son authenticité. Oui, la parole se fait poème. (Léopold Ségar Senghor)
Babou

Avatar de l’utilisateur

Lieutenant Adjoint
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Femme

Messages : 8965
Inscription : 08 Déc 2004, 16:43
Localisation : Sens
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 7

Re: Petites Fics sur les Membres du Forum

Messagepar Phantom_Blue » 22 Juil 2011, 09:32


ALAIN avait choisi une petite table ronde à l’écart dans le fond du Café Rock, de manière à voir l’entrée et les deux grandes fenêtres. La main droite prête à dégainer le revolver à plasma logé dans un holster sous son bras droit.
Bill Halley et les Comets balançaient "Happy days" sur la sono.
Il regarda la carte électronique et posa un index sur cappuccino. Index recouvert par l'empreinte digitale d'un type fonctionnaire pêché dans l'annuaire et actuellement en vacances. Même le toucher tactile d'une carte de menu électronique pouvait le faire repérer.
Des néons bleus oranges et rouges brillaient au plafond et sur les murs décorés de photos des années 60. John Lennon et Yoko. Bill Wyman et Mandy Smith. Elvis et Priscilla.
La guitare basse de Paul McCartney du temps de "I want to hold your hand" trônait sur un des murs. Avec les baguettes amochées de Keith Moon après son casting destructeur de batterie chez les Whos.
Une serveuse japonaise androïde en mini robe et tablier à dentelles lui apporta le cappuccino avec un sourire en latex de synthèse. Deux grands yeux noirs aux prunelles caméscopes enregistrèrent son visage dans un clic de 35 megapixels.
Mais Alain avait pris le soin de modifier sa physionomie avec MorphoShop pour ressembler à Mick Jagger qui aurait eu des privautés interdites avec Jerry Lee Lewis.
Carla Wallenstein se ramena nonchalante dans un ensemble Dior, le décolleté pulpeux, les hanches ondulantes dans une jupe en cuir fendue, les bas autofixant galbant des cuisses voluptueuses. Une Reynolds mentholée envoyait des volutes dansantes de ses lèvres nacrées de rouge "Kiss in the Sun".
Elle fixa Alain avec des yeux mascarisés à outrance, prit place en face de lui, le dos tourné à la salle et chantonna d'une voix serbo-croate :
— Bonjour Ram16. Pas mal, le bio-lifting, mais je t'aurais reconnu même avec la tête de Frankenstein. Je vois que tu affectionnes toujours les lieux nostalgiques des sixties. Cela pourrait te perdre, c'est notifié dans ton dossier. Et tu sais que le NYON utilise toutes les données.
— Il faut savoir prendre des risques pour ce qu'on aime, répliqua Alain, l'œil gauche logé dans le décolleté.
— Pas tous les risques tu as loupé quelques chronos.
— Quand on peut éviter. Tu as ce que je t'ai demandée ?
Carla posa une carte à plat sur le formica rouge de la table dans un petit clac discret qui se mêla à "Peggy Sue" de Buddy Holly roucoulant sur la sono.
— Un multipass pour le cyber espace nord sud et ouest. Je crois que dans ta situation il vaut mieux éviter l'est, tu n'as pas que des amis dans les games russes. Ils n'ont pas apprécié tes chronos trafiqués.
Alain empocha la carte.
— Tu prendras soin de mon chat, si jamais je ne suis pas de retour le 21 décembre 2012, tu le sors de sa cryo, si le monde existe toujours.
— Une petite question : je me suis toujours demandée ce que Ram16 voulait dire et tu ne répondais jamais. Maintenant que tu te barres, tu pourrais peut-être m'expliquer.
— Ça veut dire : Réagis Avec Modération 16 fois. Et la 17e, j'overdose.
Carla tira une dernière bouffée mentholée et écrasa la cigarette dans cendrier en cristal rose.
— Alors si j'ai bien compris, on a couché dix fois ensemble, tu me dois encore 6 nuits, et la 17e sera le feu d'artifice.
— Pourquoi, tu n'as pas pris ton pied ? Le grand décollage à chaque fois? Il te faut des suppléments ?
— J'ai juste décollé des patchs anti-migraines quand ils avaient fini de me soulager.
Alain avala une gorgée de cappuccino. Son orgueil venait d'en prendre un coup. Il étrangla une pensée de meurtre.
Soudain un scarabée volant cogna des antennes contre l'une des fenêtres. Un petit toc presque inaudible mais que l'ouïe surdéveloppée d'Alain capta aussitôt.
Il dégaina son revolver et éclata la fenêtre dans une gerbe de bris de verres. Avec le scarabée espion du NYON qui se désintégra dans un petit nuage de mini particules électroniques.
Un couple assis dans un box voisin avait sursauté. D'autres consommateurs s'étaient jetés sous les tables.
— Saloperie ! cracha-t-il avant de braquer le double canon sur Carla.
Les iris ouverts en grand angle, elle n'eut pas le temps de pointer son rouge à lèvres laser.
Une balle à plasma tournoyante percuta son décolleté et la propulsa de l'autre côté de la salle contre la guitare de Paul McCartney. L'accord disloqué de "Lucy in the sky with diamands" résonna sous les néons multicolores.
Alain se leva d'un bond, quand la serveuse rappliqua, un gun à la main. Une balle au plasma lui déchira le tablier et l'envoya contre le comptoir dans un grésillement de fils dénudés hors de son ventre cybernétique.
Il balança la carte multipass sur la table, enjamba la fenêtre éclatée et enfourcha sa Dragstone 5000 turbo sonique garée derrière un abribus.
L'ex-agent testeur du Nexus Yntelligence ONline, créateur du cheat code interdit "Chrono dead", démarra dans un vrombissement ouaté de moteur thermonucléaire.
La partie allait être légèrement plus compliquée que prévue. Mais d'abord récupérer son chat Sandy, après il improviserait.
Désormais il s'appellerait Ram0.
Phantom_Blue

Avatar de l’utilisateur

Moderaider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Homme

Messages : 724
Inscription : 02 Déc 2004, 21:35
Localisation : Strasbourg
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 0

PrécédenteSuivante

Retourner vers Cercle des Poètes - Fans Fictions

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Booste le trafic de ton forum