Poèmes des membres


Laissez aller votre imagination et faites-nous part de vos histoires, poèmes...

Modérateurs: Phantom_Blue, Co Admin, Bigs Moderaiders

Messagepar Primal-Croft » 14 Déc 2007, 00:48


Du pessimisme à l'etat pur, une plume magnifique Enilis ...
Bravo et merci de nous avoir fait partager ton texte.

Voilà j'édite mon message pour vous faire partager un autre texte que j'ai écris quelques temps après une rupture assez difficile.Ce dernier est assez intime, mais reflétte parfaitement l'état d'esprit dans lequel je fus. Encore une image que j'ai trouvé assez parlante, on ne le voit pas très bien et c'est pour cela que je le précise, la jeune femme sur le banc se prénomant faiblesse s'efface ...

Ps: Je compte sur vous pour utiliser votre pouvoir correcteur, ;)
désolé par avance de vous infliger des erreurs de languages qui peuvent sauter aux yeux.

Image

Faiblesse est une Force

Le temps passe,
Autrefois avec certitude et foi,
si lumineuse et majestueuse,
Lorsque elle était amoureuse,
elle ne pensais qu'à toi.
Aujourd'hui elle s'efface ...

Elle, qu'on appelait faiblesse ne voulait pas te perdre.
A jamais elle se voyait à tes cotés,
car tu fut son premier être aimé.
Mais de nos jours,
toujours, ne rime pas souvent avec amour.
Tu l'as fait disparaître.

Être de Lumière,
ne laissera aucune trace ...
Refoulée au plus profond de mes entrailles,
A sa soeur force elle laissera la place.
Du temps il lui faut,
afin que son aînée te parle à nouveau.
Car cette dernière est pleine de rage.

Ce n'est plus toi qu'elles aime,
mais celui qui dans leur esprit tu fus.
Car Force et Faiblesse sont les même.
Toutes les preuves d'affections qu'elles ton donnés
Non jamais étaient superflus.
Faiblesse a juste besoin de se transformer.

Tout ce qu'elle t'a offert,
Sans aucune prétention,
Tu ne les a pas mérités.
Car ta malédiction
individu perdu,
C'est que tu l'a fait s'effacer ...

Elle t'aime, elle t'aimait
Aujourd'hui elle en est convaincu.
Merci pour tout ce que tu lui a apporté.
Néanmoins dans cette histoire,
aucun de nous n'a été vaincu.
La colère de Force est morte.
car c'est dans la faiblesse de mon âme,
que je puise ma vaillance telle une arme.
Image
Primal-Croft

Avatar de l’utilisateur

Raider Débutant
 
11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre11 années en tant que membre
 
Homme

Messages : 36
Inscription : 10 Déc 2007, 21:54
Localisation : Paris
Jeu TR favori : Tomb Raider 6

Records Arcade : 0

Messagepar Corinne » 15 Déc 2007, 10:48


@ ENILIS :

Un texte profond et d'une grande maitrise. Une maturité étonnante quans on connait son jeune âge.
Je présume que la vie ne t'a pas fait de cadeau pour que tu la voit sous cet angle du haut de tes 16 ans.
Quelle soit la fêlure que tu caches, saches que le bonheur est à la portée de chacun, pour qui veut se donner la peine de le voir.
Le petit problème, c'est que souvent, on ne se rend compte qu'il s'agissait de lui que lorsqu'on l'a perdu :) Un petit truc pour savoir en profiter : vivre chaque moment plaisant comme s'il était unique.
Ton texte est tout simplement magnifique, mais d'une noirceur qui me fiche le bourdon ;)
Corinne

Avatar de l’utilisateur

Raider Assidu
 
14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre
 
Femme

Age : 53 ans
Messages : 446
Inscription : 30 Aoû 2005, 18:38
Localisation : Montpellier
Jeu TR favori : Tomb Raider 1

Records Arcade : 4

Messagepar Corinne » 15 Déc 2007, 10:51


@ primal :

J'adore ce poème. Il résonne au fond de moi, pour ne pas dire qu'il raisonne dans mon coeur.
La faiblesse n'est pas cruelle, juste l'apanage de ceux qui souffrent, et la force pas uniquement réservée aux vaillants mais tout simplement à celui qui survit à ses échecs.
Bravo pour ce texte.
Corinne

Avatar de l’utilisateur

Raider Assidu
 
14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre
 
Femme

Age : 53 ans
Messages : 446
Inscription : 30 Aoû 2005, 18:38
Localisation : Montpellier
Jeu TR favori : Tomb Raider 1

Records Arcade : 4

Messagepar Enilis » 16 Déc 2007, 12:12


Souvenir marquant d'une soirée récente ..



Cela faisait deux mois... Deux mois qu'il se retrouvait seul chaque soir en pensant à elle. La raison de leur rupture demeurait toujours obscure pour lui, elle ne lui avait rien dit, juste "ce n'est plus comme avant, autant arrêter", puis le goût amer, puis les larmes, puis rien . J'avais connu son histoire un soir qu'il faisait tout pour oublier, qu'il ingérait des quantités énormes d'alcool et d'autres fumées illicites qui empestaient la maison de nos hôtes . Il comatait sur l'un des canapés bleus du salon, les yeux révulsés, les paupières tremblantes. J'avais été à ses côtés, d'autres lui tenaient les mains, essayaient de le réveiller, je lui avais juste demandé pourquoi, pourquoi il faisait ça, car j'étais persuadée qu'un homme ne pouvait s'attacher autant à une fille, surtout deux mois après la fin de leur histoire. Il avait juste murmuré, la voix altérée par son état approximatif " Huit mois... Huit mois qu'on était ensembles, puis rien... Ca fait deux mois que je suis comme ça... Deux mois ... Deux mois... Chaque soir... Deux mois " il ne cessait de répéter la même chose, je serrais sa main plus fort, ma tête tournait, je n'étais pas dans mon état normal mais je comprenais, j'avais mal ...
Puis il s'était réveillé, avait de nouveau oublié, s'était de nouveau retrouvé par terre, répétant encore et encore son histoire, le mal être qu'il éprouvait.. Je me sentais de plus en plus mal, je voulais faire quelque chose, mais moi même j'éprouvais une tristesse incontrôlable ...
Puis il était parti comme un coup de vent, je pleurais, je ne savais pas pourquoi, on venait à mes côtés pour me consoler. On me tenait les mains, on me demandait pourquoi, je ne savais pas, les larmes coulaient toutes seules, et ce soir là j'ai compris... L'amour c'est beau, ça fait rêver, mais quand il est vrai et qu'il s'en va, on se sent vide, seul, abandonné, alors quand on est faible, on noit son chagrin dans l'alcool ou la drogue, on veut être seul mais on voudrait quand même être aidé, on se laisse aller, mais on voudrait rester maître de soi, on vomit toute notre haine sur l'être perdu, mais on voudrait le prendre dans ses bras ...
Image
<3 PLACEBO FOREVER <3
You make me feel like I can fly
Enilis

Avatar de l’utilisateur

Raider Prometteur
 
13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre
 
Femme

Age : 28 ans
Messages : 88
Inscription : 21 Fév 2006, 10:45
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 0

Messagepar Dorian » 16 Déc 2007, 21:00


Après un premier texte sous forme de réflexion philosophique extremmement intrigant et intéressant, tu nous offres ici un bout de vie, une triste histoire qui, même si elle n'est peut être jamais arrivée, semble froidement réelle car les mots que tu emploies sont d'une intelligence profonde et d'un réalisme saisissant.

C'est magnifique, presque perturbant, je suis envoûté par ta prose...
Dorian

Avatar de l’utilisateur

Big Moderaider
 
14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre
 
Homme

Age : 32 ans
Messages : 732
Inscription : 28 Mai 2005, 13:51
Localisation : Saÿ-Noac.
Jeu TR favori : TR Underworld

Records Arcade : 0

Messagepar Corinne » 17 Déc 2007, 06:42


je confirme les propos de Dorian. Un texte poignant, très triste (vécu?). Je suis touchée. Mais une telle noirceur dans un être aussi jeune que toi, ça me perturbe. J'ai du mal à me faire à cette idée qu'on puisse connaitre une telle desèspérance à l'aube de sa vie....
Corinne

Avatar de l’utilisateur

Raider Assidu
 
14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre
 
Femme

Age : 53 ans
Messages : 446
Inscription : 30 Aoû 2005, 18:38
Localisation : Montpellier
Jeu TR favori : Tomb Raider 1

Records Arcade : 4

Messagepar Babou » 17 Déc 2007, 07:30


L'émotion est distillé tout au long de ta prose avec des mots forts, vibrants et saisissants, des mots qui me parlent.

**************************************

Il y avait bien deux ans, peut-être un peu plus, que je n'avais pas eu de ses nouvelles. La rupture avait été difficile, entre cris et larmes, déchirements et blessures. Puis y a eu ce message qui m'était parvenu. J'habite toujours au numéro dix de la rue Mouffetard. Signé S. Rien d'autre.

Il était presque 19 h. Je remontais la rue Mouffetard. Les restaurants grecs répandaient une odeur épicée de cannelle, de poivre, de menthe et d'origan. Numéro dix, septième étage sans ascenseur. Je comptais les étages. J'arrivais devant sa porte. Son nom, écrit sur une simple étiquette, comme les étiquettes sur les cahiers d'écolier, était toujours là. Je frappais à sa porte. Il m'ouvrit. Je restais un instant sans voix. L'émotion me paralysait. Il s'effaça pour me laisser entrer. J'avancai dans l'unique pièce qui me paraissait encore plus minuscule qu'autrefois. Le canapé aux tons délavés n'avait pas changé. Quelques reliques de ses voyages à travers l'Afrique trônaient ça et là. Une odeur indéfinissable d'encens et d'herbes mélangés flottait dans l'air. Je m'asseyais machinalement. Il était là, devant moi. Il avait terriblement maigri. Il paraissait encore plus grand dans ce corps décharné. Sur son visage émacié se décalquait une bouche gourmande, et sur ses mains qu'il avait longues et fines, des veines bleues saillaient. Traces du temps qui passe. Je lui souris malgré moi, malgré cette douleur qui m'oppressait. Il était content de me revoir. Alors il se mit à me parler d'une voix tranquille. Il savait si bien parler. Il parlait en couleurs.

A travers la vitre de la fenêtre, la lune, haute maintenant, faisait une tache clair dans le ciel sombre. C'est à ce moment là que j'aurais voulu fuir, remonter le temps, mais quelque chose m'en empêchait. Je restais là, à le regarder, à l'écouter. Ses phrases étaient interrompues par des silences qui me faisaient peur. Les souvenirs alors, pareils à des vagues, déferlaient comme ses mains autrefois sur mon corps nu. De temps à autre une lueur traversait son regard désormais éteint, tandis qu'il devenait de plus en plus nerveux. Il se leva, son beau regard sombre et perdu accrocha le mien. Il eu ce petit sourire, comme avant, tendre et moqueur. Je reviens me dit-il. Attends-moi. Mais déjà j'avais compris. Il disparut derrière le rideau de la salle de bain qui faisait office de porte. Comme un automate je le suivit. La pièce était à peine éclairée par une ampoule suspendue au plafond. A côté du lavabo il y avait un réchaud, une lanière de caoutchouc, un morceau de papier journal replié, une cuillère et une seringue. Gestes mortels, je le regardais faire sa préparation dans le couloir de la mort. Comme si, juste, il se préparait un café. Je savais que je ne pouvais rien faire. Rien. Des larmes me piquaient les yeux. Puis, le liquide chaud coula dans ses veines. Pendant quelques secondes tout son corps, tout son être bascula dans un état orgasmique. Il se traina jusqu'au canapé et s'y laissa choir. Il ferma à demi les yeux. Son visage soudain éclairé reflétait un sentiment de béatitude, de tranquilité et de bien-être. Je le regardais intensément, profondément. Je ne savais pas, à ce moment là, que c'était la dernière fois.

Il s'est éteint trois mois après. Dans le couloir de la mort. Rongé par un mal appelé drogue.

*************************************

La vie est fragile, à l'image de la rosée délicatement suspendue aux herbes, en gouttes de cristal qu'emporte la première brise du matin.
Dilgo Khyentsé Rinpotché
La parole se fait spontanément rythme dès que l'homme est ému, rendu à lui-même, à son authenticité. Oui, la parole se fait poème. (Léopold Ségar Senghor)
Babou

Avatar de l’utilisateur

Lieutenant Adjoint
 
14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre14 années en tant que membre
 
Femme

Messages : 8879
Inscription : 08 Déc 2004, 16:43
Localisation : Sens
Jeu TR favori : Tomb Raider 2

Records Arcade : 7

Messagepar Laraider » 17 Déc 2007, 15:51


Vécu ou non, c'est très joliment narré ... bouleversant par moment.
Laraider

Avatar de l’utilisateur

Administraider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Femme

Age : 46 ans
Messages : 3530
Inscription : 20 Oct 2004, 19:53
Localisation : Perpignan (France)
Jeu TR favori : ROTTR (2015)

Records Arcade : 7

Messagepar Laraider » 17 Déc 2007, 17:00


MARIONNETTE

La vie est tellement fragile,
Qu'elle ne tient qu’à un fil
Se dandinant comme une anguille
Et pourtant, le couper est si facile.

Beaucoup de gens se défilent,
Brisant le seul et unique lien
Qui dans ce monde les retient,
Mais la mort n’est pas un exil.

La vie est une simple marionnette
Que l’on secoue dans tous les sens.
On la prend, on la casse, on la jette
Puis on la remet là, bien en évidence.

Car on ne s’en sépare pas,
On n’oublie pas comme ca.
On recolle tous les morceaux,
On rafistole tous les bobos.

Et elle continue toujours à vivre,
Nous narguant de son beau sourire
Recousu avec tant de souvenirs
Aussi bien les bons, que les pires.
Laraider

Avatar de l’utilisateur

Administraider
 
15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre15 années en tant que membre
 
Femme

Age : 46 ans
Messages : 3530
Inscription : 20 Oct 2004, 19:53
Localisation : Perpignan (France)
Jeu TR favori : ROTTR (2015)

Records Arcade : 7

Messagepar Rampage_Master » 17 Déc 2007, 17:10


Laraider a écrit:La vie est tellement si fragile


Pas très français, et un peu lourd comme phrase. :lol:


Pas mal sinon. ;)
Rampage_Master

Avatar de l’utilisateur

Raider Incontrolable
 
13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre13 années en tant que membre
 
Homme

Age : 33 ans
Messages : 2655
Inscription : 10 Mar 2006, 16:41
Localisation : Angers
Jeu TR favori : Tomb Raider 4

Records Arcade : 11

PrécédenteSuivante

Retourner vers Cercle des Poètes - Fans Fictions

 


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Booste le trafic de ton forum